ABIDJAN | JUSTICE : Sur les traces du truand « Touré Abdoul Aziz », alias « Shypeur le Manitou »! (acte 2)

Logée dans la gorge de la justice ivoirienne depuis avril 2018, cette rocambolesque affaire criminelle, en passe de rester sans suite, risquerait d'obstruer d'avantage, l'axe Abidjan Paris.

0
115

Une enquête de TOURÉ Vakaba

Ce dossier restera, certainement l’une des affaires criminelles des plus troublantes et retentissantes de ce début de siècle. Arnaqué durant plusieurs mois, au moyen de l’Internet, et après avoir brillamment localisé les truands, tapis dans les milieux chauds d’Abidjan, Weber Franck adresse depuis Poitier, son lieu de résidence française, une note plainte au Parquet du Tribunal de Première Instance d’Abidjan.

La plainte datée du 23 avril 2018, est reçue et enregistrée au service courrier de ce haut lieu de l’exercice du droit le lendemain 24 avril de la même année sous le n°7475 PR/TPI. Le même jour, le Procureur de la république d’Abidjan, à son tour,  adresse un « soit transmis » à la direction de la police économique et financière, logée au quartier d’affaires d’Abidjan Plateau. La correspondance est reçue et enregistrée dans ce service le 02 mai 2018 sous le n° 790 DGPN / DPEF. On peut lire au bas de ce précieux document produit par le chef du parquet, « enquête complète »… « nous rendre compte ».

La semaine d’après, la dite plainte du français, appuyée de la note du procureur, est parachutée sur les bureaux de la direction de l’informatique et des traces technologiques (DITT) sise à Abidjan Cocody, non loin du lycée technique. L’intelligence et le plateau technique de cette cellule, animée par des procéduriers professionnels, fonctionnaires de police, devraient pouvoir, a temps réel, faire la lumière sur une aventure criminelle dont le fonctionnement donne froid dans le dos.

À la DITT, le dossier criminel est confié à un vétéran, un officier de service, dont le professionnalisme ne souffre d’aucun doute. Il arrive en un tour de bras, à localiser trois endroits où les truands ont réussi à effectuer des retraits de numéraires extorqués à Weber Franck. « Western Union » et « MoneyGram » restent les deux moyens de paiement utilisés par les bandits.

« Alioun Baramba », « Juliana Flandrin »,  » Doussineau Philippe « , « Robert Soma », tous des prête-noms sous lesquels aimait impunément s’abriter le truand « TOURÉ Abdoul Aziz », alias « Shypeur le manitou », pour ruiner sa victime. L’ambiance et les conditions de l’arrivée mouvementée de Weber Franck à Abidjan…à lire dans (acte 3), notre prochaine publication.