CÔTE D’IVOIRE | BAKAYOKO: Un chef sans réel pouvoir !

Nommé par Alassane Ouattara le 30 juillet dernier, au moyen d'un décret d'état, James Bakayoko, par ailleurs ministre de la défense n'a toujours pas l'ensemble de ses pouvoir dans son cartable...

0
521

Tel un gamin sous surveillance, le premier ministre ne décide de rien sans consulter au préalable son patron. Tout arrive et dépend de ce dernier. Le président de la république « élu » revient d’un « simulacre d’élection », épuisé et apeuré. Le pays et sa commission électorale comptabilisent plusieurs morts, blessés et disparus, consécutifs à une ambiance électorale particulièrement violente. Après son étonnante conversation avec l’ancien président Laurent Gbagbo, le leader historique du front populaire ivoirien (FPI), Hamed Bakayoko, chef du gouvernement, ministre de la defensé, n’a pu empêcher son patron d’expédier Guikahué, Affi N’Guessan et consorts au « trou ». Même si le premier ministre a réussi l’exploit de convaincre son employeur à recruter Kouadio Konan Bertin, il n’a toujours pas tous les leviers qui correspondent à ses attributions.

Ils sont encore des dizaines de milliers d’ivoiriens qui, n’ayant pas pu prendre part au processus électoral, s’obtiennent à dire qu’ils n’ont « jamais voté un président ».

Alors que le premier ministre était perçu comme une personnalité à mesure de réconcilier pouvoir et opposition, voir de repenser les plaies béantes occasionnées par la fracture sociale, Hamed Bakayoko reste malheureusement pour l’heure,, très loin d’incarner ce noble rôle. Théoriquement, Hamed Bakayoko demeure le Premier ministre du président Ouattara.