Côte d’Ivoire | Gon a parlé sans pouvoir convaincre!

1
205

Les justiciables ivoiriens attendent de leur chef de gouvernement, Gon Amadou Coulibaly, des actions concrètes

L’auditorium des locaux qui abritent les bureaux du Premier ministre ivoirien, ont servi de cadre en début de matinée de ce jeudi 21 Mars 2019, à une conférence de presse dite par le chef du gouvernement, Gon Amadou Coulibaly lui-même. Le caractère improvisé de ce rendez-vous, absolument attendu avec la presse locale et étrangère n’a pourtant pas répondu significativement aux attentes de nombreux journalistes présents. Le premier ministre ivoirien était soutenu à l’occasion par presque la totalité des membres de son gouvernement. Depuis le début d’année 2019, le pays traverse une crise politique et sociale majeures.

L’école ivoirienne est dans l’impasse depuis plusieurs semaines, au motif de revendications intra professionnelles jusque là infructueuses. Enseignants et élèves continuent de bouder les salles de classe, malgré les appels sans cesse pressants d’un chef de gouvernement manifestement aux abois.

Le conférencier a expliqué aux journalistes, la nécessité pour les enseignants et les apprenants, a cesser les hostilités et reprendre les cours, sans toutes fois indiquer la nature et les conditions de la recette magique. Toute fois, il a argué que les « les cours reprendront le lundi ».

« Je considère que les choses sont en train de se dénouer. Et nous avons bon espoir que dès lundi prochain, les cours reprendront sur l’ensemble du territoire national, à tous les niveaux », a déclaré le Premier Ministre.

Le Chef du gouvernement s’est par ailleurs félicité des négociations avec les syndicats du primaire et du supérieur, avant d’exprimer son vœu de voir lever le mot d’ordre de grève et d’observer la « trêve sociale ».

Un discours qui résonne comme du déjà entendu qu’un journaliste étranger a qualifié de « charlatanisme ». Le fameux mot d’ordre reste curieusement en vigueur, malgré les assurances fermes données par le premier ministre. Concernant les attaques des collaborateurs du régime contre Guillaume Soro et la situation politique, Amadou Gon raconte:

« Je ne vois pas de raison de s’acharner sur Soro qui est un jeune frère. Il a pris sa décision…l’appel que je veux lancer aux acteurs politiques notamment l’opposition, c’est normal qu’il y’ait ce jeu politique. C’est normal qu’il y’ait ce débat. Mais, soyons mesurés pour n’effrayer personne. Nous aurons des élections en 2020, elles se passeront bien (…) Ne nous faisons pas peur et ne faisons pas peur aux autres pour rien. La Côte d’Ivoire est bien partie sous le leadership du Président Alassane Ouattara ». La moisson de ce rendez-vous qui avait suscité tant d’espoir,  s’est étrangement avérée maigre.

Touré Vakaba