Côte d’Ivoire | La coordination Ipob d’Abidjan exige l’indépendance du Biafra!

Le peuple nigérian a célébré ce jeudi 01 et octobre 2020, la commémoration de son indépendance acquise de haute lutte. La communauté igbo, sous l'égide de la branche séparatiste Biafrais, dénommée IPOB, l'a célébré en sa façon. Elle s'était massivement transportée dans les encablures du siège de la délégation ivoirienne de l'Union Européenne pour dire sa détermination à se séparer du Nigeria pour créer un état du Biafra indépendant.

0
284

Mazi Marcel Ezeh, coordinateur national IPOB Côte d-Ivoire, en compagnie de ses compatiotes ce jeudi matin 1er octobre 2020

Par TOURE Vakaba

La fédération du Nigeria a célébré ce jeudi 1er octobre 2020, la cérémonie commémorant son indépendance. Cette date explique à cet effet, le retrait définitif du colon britanique.

Venus ce matin au moyen de délégations successives, la communauté Igbo du Biafra, sous l’égide du parti séparatiste IPOB, s’était donnée rendez-vous devant l’Agence Ivoirienne de Presse (AIP), non loin du mythique siège de la délégation ivoirienne de l’Union Européenne, pour dénoncer ce qu’ils qualifient de « génocide » des peuples igbo et appeler en la création d’une nation du Biafra.

« Depuis cinquante ans, nos parents subissent une grossière boucherie de la par des foulanis, peuple issue de l’ethnie du président Mohamadu Buhari. Nous demandons une seule chose, c’est notre indépendance. Tant que nous ne l’aurons pas, nous continuerons à nous battre par tous les moyens conversationnels possibles (…) », a expliqué à notre micro, Mazi Marcel Ezeh, le bouillant coordonnateur national de IPOB Côte d’Ivoire.

« Notre papa Félix Houphouet-Boigny a jadis fait de la Côte d’Ivoire un havre de paix et de stabilité. Je suis persuadé que la voix de IPOB posera dans des oreilles attentives, à mesure d’aider notre peuple à disposer de lui-même. » a-t-il martelé, promettant d’organiser des actions de grandes envergures, pour un divorce definitif avec la federation du Nigeria.

En 1967, après deux coups d’État et des troubles qui ont entraîné le retour d’environ un million d’Igbos dans le sud-est du Nigeria, la République du Biafra a fait sécession avec à sa tête un officier militaire de 33 ans, Emeka Odumegwu Ojukwu., écrit le confrère britanique, BBC.

La guerre du Biafra s’est déroulée du 6 juillet 1967 au 15 janvier 1970 et a été déclenchée par la sécession de la région orientale du Nigeria, qui s’auto-proclame République du Biafra sous la direction de cet officier supérieur. La guerre avait fait plusieurs millions de morts.

Le peuple autochtone du Biafra est une organisation séparatiste du Nigéria. Son objectif principal est de restaurer un État indépendant du Biafra dans son ancienne région orientale par un référendum sur l’indépendance. « Radio Biafra » reste l’un de ses uniques moyens de propagandes.

By TOURE Vakaba

The federation of Nigeria celebrated this Thursday, October 1, 2020, the ceremony commemorating its independence. This date explains for this purpose, the final withdrawal of the British colonist.

Coming this morning by means of successive delegations, the Igbo community of Biafra, under the aegis of the separatist party IPOB, had made an appointment in front of the Ivorian Press Agency (AIP), not far from the legendary seat of the delegation Ivorian from the European Union, to denounce what they qualify as “genocide” of the Igbo peoples and call for the creation of a nation of Biafra.

“For fifty years, our parents have been subjected to a brutal butchery by the foulanis, people from the ethnic group of President Mohamadu Buhari. We only ask for one thing, and that is our independence. As long as we do not have it, we will continue to fight by all possible conversational means (…) « , explained to our microphone, Mazi Marcel Ezeh, the hot national coordinator of IPOB Côte d’Ivoire.

“Our father Félix Houphouet-Boigny once made the Ivory Coast a haven of peace and stability. I am confident that the voice of IPOB will ring in listening ears as we help our people to self-determination. « He hammered, promising to organize large-scale actions for a final divorce with the federation of Nigeria.

In 1967, after two coups d’état and unrest that led to the return of approximately one million Igbos to southeastern Nigeria, the Republic of Biafra seceded with a 33-year-old military officer at its head. , Emeka Odumegwu Ojukwu., Writes British colleague BBC.

The Biafran War unfolded from July 6, 1967 to January 15, 1970 and was triggered by the secession of the eastern region of Nigeria, which proclaimed itself the Republic of Biafra under the leadership of this senior officer. The war had claimed millions of lives.

The indigenous people of Biafra are a separatist organization in Nigeria. Its main objective is to restore an independent state of Biafra in its former eastern region through an independence referendum. « Radio Biafra » remains one of its only means of propaganda.