Côte d’Ivoire | Retour sur un vieux contentieux entre Abidjan et Washington!

0
20

Longtemps classé <TOP SECRET> et au prix de gros risques, de hauts fonctionnaires de l’État ivoirien, sont accusés d’avoir festoyer dans d’importants numéraires, pourtant prévus pour une destination nommée #CixcophConstructionGroupInc, appartenant à un ivoirien, et de droits américains.

Par TouréVakaba

En réponse à une saisine de l’ambassadeur de Côte d’Ivoire à Washington, en poste à cette date, Feu Diby Koffi CHARLES, alors Ministre délégué auprès du Premier Ministre, en charge de l’économie et des finances, au moyen d’une note officielle
n°0254 MDPMEF/DGBF/DG, datée du 14 Août 2006, écrivait avoir accepté de confier l’exécution des <travaux d’équipements complets de la résidence de l’ambassade ivoirienne de Washington DC…à la société CIXCOPH CONSTRUCTION GROUP.INC>. Cet argument est même solidement bétonné par une seconde correspondance qui est celle clairement identifiable comme étant le n°1308 MDPMEF/DGBF/DG du 12 Mars 2007…et par laquelle le Ministre Diby Koffi, au nom du Gouvernement ivoirien, autorisait Koffi CISSÉ et son entreprise, à s’employer à résoudre toutes les questions de réhabilitation et d’équipements, aussi bien à Washington, toujours pour la résidence de l’ambassade, qu’à New-York, [800, 2nd Avenue, 5th Floor-New-York] pour ce qui concerne les locaux du siège de la représentation ivoirienne auprès des Nations-Unies. [ Ndlr: cet extrait illustratif déjà publié dans l’acte 1 est signé Diby KOFFI Charles]. L’entrepreneur fait confiance au Gouvernement de son pays, ainsi qu’à ses mandants techniques que sont Ministres et dirigeants de sociétés d’État. Sans soucis de réserve et au nom d’un patriotisme à l’aveuglette, il se mettra aussitôt au travail, en puisant sans modération, dans ses propres ressources. Comme on le dit dans les rues d’Abidjan, c’était <erreur de gawa>, [L’attitude qu’il fallait éviter].
Alors qu’il serait bon d’indiquer aussi, qu’il est revenu à la même société CIXCOPH CONSTRUCTION GROUP.INC, de démarcher, d’acheter et d’équiper la nouvelle mission permanente de Côte d’Ivoire à New-York. Sur un total de 280 000 $ US, seulement une avance de 137000 $US a été réglée. Aussi impensable que cela puisse paraître, le reste à payer qui est d’un montant de 143000 $ US, s’est invité en des discours insultants et diffamatoires à n’en point finir…à l’encontre du Maître d’œuvre. Et que dire de la grande facture, ce plat de résistance que l’ambassade et le Trésor public ivoirien détestent à volonté ?
Tous frais calculés et retranchés, elle s’illustre en un montant de 724500 $ US, en connexion avec les disigns intérieurs de trois bâtiments à New-York ainsi que le disign total d’un bâtiment neuf de neuf (9) appartements pour diplomates à Washington DC. Cette somme représente un acompte lointain de 313480 $ US, retranché d’une facture globale qui s’élevait à 1038000 $US. Ni le gouvernement, ni l’ambassade, encore moins la direction du Trésor et de la Comptabilité Publique, ne sauraient nier l’évidence de ces chiffres qu’ils ont eu à étudier et à accepté. En claire, le forfait du contentieux s’explique en la somme de 867500 $US (143000+724500), qui revient à 520500000 FCFA, [obtenu en raison de 1 $ US=600 FCFA].
Et pourtant, les parties n’en seraient pas arriver là si La Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, avait mis à exécution les injonctions du Gouvernement qui avait toujours manifesté sa volonté de payer CISSÉ et sa société.
En effet, au moyen d’une adresse confidentielle n°147/MDPMEF/DGBF/DBE2/02-6, en date du 26 février 2007, et adressée à Monsieur le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique, le Ministre Diby Koffi Charles demandait la <mise à la disposition du Payeur Général du Trésor, la somme de 500 millions de FCFA, pour permettre la poursuite des travaux de réhabilitation de la résidence de l’ambassade de Côte d’Ivoire à Washington et le démarrage de l’étude des travaux de réhabilitation de l’ambassade de Côte d’Ivoire à New-York…et pour le compte de la Banque Nationales d’investissement (BNI)>, avant de poursuivre, <cette avance sera régularisée par la Direction Générale du budget et des finances, sur le budget 2007>, a t-il terminé! L’autorité de la tutelle bafouée, le Ministre Biby, revient à la charge. Ainsi donc, au moyen d’une deuxième notre frappée du saut de <TOP SECRET>, n°0399 MEF/DGBF/DBE2/02-6, le Ministre renouvelle sa requête, non sans exiger son exécution immédiate. Jusqu’à ce stade, rien également n’y fit! Dès cet instant, les interrogations foisonnement… Que peut il bien se passer? Toutes les démarches directes ou indirectes effectuées par CIXCOPH CONSTRUCTION GROUP, en direction des officiels ivoiriens sont restées infructueuses ! Où du moins, jusque là…