L’ÉDITORIAL |Côte d’Ivoire | L’inquiétante stratégie de Ouattara!

21
807

La société ivoirienne est désormais  livrée à de nombreuses interrogations aux multiples inconnus! À savoir, ce que peut insinuer le lendemain. Le pays se voit régulièrement contrarié par une classe politique jusque là soucieuse des intérêts claniques, qui, de loin, trahissent des programmes de société pourtant vulgarisés à grandes acrobaties médiatiques. Les questions comme celles liées à la  réconciliation sont ignorées et grossièrement sapées, au détriment du quotidien chaotique des citoyens, qui n’ont désormais pour seul interlocuteurs, que des réseaux sociaux, très souvent fixés aux antipodes des pulsions politiques, tribales…

L’explosion du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), qui donne en ce moment lieu à toutes sortes d’interprétations, mêmes les plus sordides, en a rajouté au désespoir d’un peuple, laminé par la pauvreté et les phénomènes de société de toutes natures. On est en voie de se demander si finalement, le Président de la République en exercice, ne manœuvre pas pour réinstaller la peur. Dans quel intérêt le ferait il, dès lors qu’il n’est pas sans ignorer que le développement qui lui tient tant à « coeur » dépend impérativement de la stabilité d’un état solide  et réconcilié? Ignoré le Pdci-rda, qui a fortement contribué à son élection (2010) et à sa réélection (2015) est elle la meilleur stratégie pour ramener la paix et la concorde? Le Rassemblement des Républicains (RDR) peut elle remporter seul ou avec ses « petits amis », une élection présidentielle en Côte d’Ivoire, notamment dans le contexte actuel, sans l’adhésion significative de l’électorat du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) ? De nombreux analystes en doutent. Il se raconte pourtant, en des termes très claires, que le future candidat à l’élection présidentielle de 2020 devrait être logiquement issu de l’allié PDCI. Pourquoi alors, remettre en cause une close, qui de loin, ne devrait pas se reconvertir en du pure commérage? Non! le pouvoir ne doit pas saouler au point de rendre ivre. Aussi, on le sait, toute instabilité politique appelle irrévocablement l’insécurité ! Or, de ce point de vue, le pays éprouve encore d’énormes difficultés à venir à bout de ce drame social.

Les ivoiriens, avec eux, l’ensemble de la communauté internationale, attendent que la classe politique, menée de main de maître par la mouvance présidentielle, redescende sur terre, et fasse de la politique. Celle qui consistera à épargner la Côte d’Ivoire de la chienlit !

Par TOURÉ VAKABA