MADAGASCAR | Décès de Didier Rastiraka: Deuil national à Antanarivo

0
41

(RFI) Jour de deuil national à Madagascar. L’ancien président l’Amiral Didier Ratsiraka s’est éteint dimanche à l’âge de 84 ans à l’hôpital militaire d’Antananarivo. Ses proches indiquent qu’il a succombé à un arrêt cardiaque alors qu’il était hospitalisé depuis mardi pour un « contrôle de routine dû à une petite grippe ». Les hommages à cette figure emblématique de la vie politique malgache se sont succédé.PUBLICITÉ

Dans un costume bleu, le visage grave, l’actuel chef de l’État, qui avait présenté ses condoléances dans la matinée sur sa page Facebook, est apparu en fin d’après-midi à la télévision nationale pour rendre hommage à l’Amiral Rouge.

« C’était un leader brillant de la vie politique. Il a été le ministre des Affaires étrangères du Général Ramanantsoa et c’était l’un des ministres les plus jeunes à cette époque. Ce que les Malgaches ont admiré chez lui, c’est lorsqu’il a renégocié les accords de coopération entre Madagascar et la France en 1973. Lorsqu’il était président de la République, il a porté et mis en avant les valeurs et la culture malgache. Sa popularité et son intelligence se sont propagées dans l’océan Indien, en Afrique et partout dans le monde. C’est lui qui a sorti Madagascar de la zone franc. Qu’importe les partis politiques et les divergences d’opinions, tout le monde est d’accord pour dire qu’il a fait beaucoup pour le pays. »

Il a rejeté le néo-colonialisme et il a mené une politique étrangère tous azimuts, c’est-à-dire à la fois avec les pays de l’Ouest et aussi il a ouvert Madagascar aux pays de l’Est.

Didier Ratsiraka, un président anti-colonialiste pour l’historienne Lucile Rabearimanana

L’ancien chef de l’État Marc Ravalomanana, grand rival de Didier Ratsiraka à la présidentielle de 2001, a fait part de « sa consternation et de sa tristesse en apprenant le décès de l’ancien président. » Cette élection contestée avait mené à une crise post-électorale et des affrontements entre leurs partisans, puis à l’exil de l’Amiral en France. Hery Rajaonarimampianina, le président sortant, a lui salué un patriote et un homme qui a œuvré pour la réconciliation nationale.

Hommage de ses compagnons de route

Ce sont aussi ses compagnons de route de l’AREMA qui lui ont rendu hommage. Le parti perd son fondateur. Vincent Radanielson est l’un des leaders du parti et a travaillé au côté de Didier Ratsiraka pendant plus de 40 ans

« Le principal héritage qu’il nous laisse, c’est l’amour de la patrie et le sens de la parole donnée. Le parti AREMA est toujours là et c’est un parti qui a 45 ans maintenant. Nous avons fait une rénovation. Un nouveau comité directeur vient d’être élu et ce sont des jeunes qui sont là. »

Son neveu, Roland Ratsiraka rappelle qu’il était aussi un homme d’État désintéressé de toute forme d’enrichissement personnel :

Il n’a pas eu comme priorité l’enrichissement personnel. Il a construit sa première maison en 2000. Et il ne possédait pas de voiture. C’était une richesse intérieure et une richesse morale.

À 13h, une cérémonie d’Honneur Militaire lui sera rendu dans la Cour d’Honneur du Palais d’État de Iavoloha, un palais qu’il a fait construire au début de son premier mandat. L’ancien président sera ensuite inhumé au Mausolée de la capitale.