Procès Gbagbo-Blé Goudé / La roublardise de la Cour à l’épreuve de la Justice!

1
329

La cheffe du Parquet de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda,  a demandé le maintien en prison de Laurent Gbagbo et de son compagnon, Charles Blé Goudé, « le temps de recevoir et examiner les motivations détaillées des juges » concernant l’acquittement.

Mardi dernier, les juges avaient pourtant prononcé l’acquittement des deux hommes, sans avoir livré l’intégralité de leurs arguments. En claire, la Procureur craint que ses deux pensionnaires ne prennent éventuellement la fuite.

Les avocats de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé avaient par ailleurs jusqu’à jeudi, pour faire valoir leurs arguments. Ensuite les cinq juges de la Chambre d’appel vont examiner l’ensemble de ce dossier. Comme il s’agit d’une procédure d’urgence, il est fort probable que leur décision soit connue assez rapidement. S’ils suivent sa requête, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé resteront en détention dans le centre de Scheveningen.

A l’inverse, si les cinq juges rejettent cet appel et confirment la remise en liberté, le greffe pourra reprendre son travail pour préparer la logistique de la libération des deux responsables politiques ivoiriens. Dans tous les cas, cet appel ne remet pas en question l’acquittement de ces deux personnes.

En cas de confirmation de leur remise en liberté, le greffe devra notamment discuter avec des pays qui acceptent de recevoir Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé.

« Il y a des mesures d’ordre logistique, organisationnel et diplomatique qui doivent être mises en place afin de permettre la mise en liberté, si cela devient définitif, sur le territoire d’un Etat correspondant aux souhaits de messieurs Gbagbo et Blé Goudé ; et également un ou des Etats qui accepteraient de les recevoir. », a laissé entendre le porte-parole de la Cour.

Des dires d’un membre du gouvernement ivoirien, la « Belgique a accepté d’accueillir Laurent Gbagbo ». L’ancien président ivoirien a déjà sur place, certains membres de sa famille, contrairement à Charles Blé Goudé, qui -jusque là- a laissé entendre qu’il voudrait rentrer en Côte d’Ivoire.

Plus tôt dans la journée, mercredi, la première chambre 1 n’avait trouvé aucun inconvenant, après l’acquittement prononcé mardi pour les deux hommes poursuivis pour crimes contre l’humanité en relation avec les violences post-électorales de 2010-2011 en Côte d’Ivoire. Des  acquittements sur lesquels la procureur de la CPI pourrait également faire appel lorsque les juges auront fourni leur argumentaire de décision. En Côte d’Ivoire, les partisans de l’ancien chef de l’Etat retiennent leur souffle!

Pour donner une explication à ce rebondissement qui pue de la roublardise, de nombreux observateurs pointe du doigt, le régime d’Abidjan et ses protecteurs, qui ne verraient pas d’un bon oeil le retour de la paire Gbagbo et Blé Goudé en Côte d’Ivoire.